L’indispensable Benediction du Seigneur (Z.T. Fomum)

uand le Seigneur reçut tous les cinq pains et les deux poissons dans Ses mains, Il les bénit. Le Seigneur bénit tout ce qu’Il reçoit et Il ne reçoit que ce qu’on Lui donne totalement.

Il ne bénit jamais les efforts des gens malhonnêtes qui, à cause de leurs coeurs partagés, retiennent une partie de ce qu’ils ont donné.

Le fruit spirituel dépend beaucoup de la bénédiction du Seigneur. A moins que le Seigneur bénisse, on ne peut réellement pas porter du fruit. On ne peut réellement pas avoir du succès à accomplir le commandement de répandre l’Evangile dans toutes les nations sans la bénédiction du Seigneur. Tout dépend de la bénédiction du Seigneur. Quand on regarde aux ministères des gens que Dieu a utilisés d’une manière très remarquable, on trouve plusieurs raisons dans leur personne et dans leur oeuvre qui auraient pu les conduire à un échec total, mais pourtant on voit que ce fut un succès étonnant. La seule raison est que leurs ministères étaient bénis par le Seigneur.

Que signifie être béni par le Seigneur ? Considérons l’exemple d’Isaac. La Bible dit : 

“Et Isaac sema dans cette terre ; et il recueillit cette année-là le centuple ; et l’Eternel le bénit. Et l’homme grandissait, et il allait grandissant de plus en plus, jusqu’à ce qu’il devint fort grand ; et il eut des troupeaux et du menu bétail, et beaucoup de serviteurs; et les philistins lui portèrent envie” (Genèse 26:12-14).

Dieu bénit Isaac. Il sema dans cette terre où il était en séjour et dans cette même année, il récolta le centuple. Prenons pour acquis qu’Isaac avait planté dix ignames, dix plantains, dix graines d’arachide et dix graines de haricot, etc. Cela signifie qu’il récolta mille ignames, mille régimes de plantains, mille graines d’arachide, mille graines de haricot, etc. Cela signifie que s’il avait commencé avec dix brebis et dix chèvres, à la fin de cette année, il avait mille brebis et mille chèvres. Il eut aussi une grande multiplication dans sa maison.

Peux-tu t’imaginer cela ? Une igname donnant cent ignames. Une tige de maïs produisant des multitudes. C’est ce que signifie la bénédiction. En aucune manière, on ne pouvait attribuer cela au travail dur. Un travail dur pouvait peut-être produire au double, au triple, au quintuple, et peut-être dix fois plus, mais pas plus ! On ne pouvait pas expliquer cela par la fertilité du sol. Seul Dieu avait pu le faire. C’était là la seule explication pouvant avoir un sens. Il fut béni par le Seigneur.

Isaac était un étranger. Il vint au pays des philistins sans posséder grand-chose, car il y avait la famine dans son pays. On ne peut pas avoir grand-chose à porter lorsqu’il y a de la famine et qu’on est en train de s’enfuir. Peut-être que tout ce qu’il avait pu porter, c’était la semence qu’il sema. Il se pourrait même qu’il ait obtenu sa semence, comme un cadeau de quelqu’un qui eût pitié de lui. Il avait la semence. Il la sema et au bout d’une année, il devint très riche d’une façon qu’on ne pouvait expliquer. Il était si riche que les riches planteurs des philistins devinrent jaloux. Ils l’avaient vu arriver étant totalement démuni. Il avait demeuré avec eux juste une année. Ils l’avaient vu semer d’une façon ordinaire, mais ils ne pouvaient pas comprendre l’extraordinaire récolte. Ils étaient jaloux. Même leur roi fut dépassé de loin, car il dit à Isaac : “Va-t-en d’avec nous ; car tu es beaucoup plus puissant que nous” (Genèse 26:16). Lorsque quelqu’un qui n’avait pas grand-chose sème et au bout d’une année il a une récolte qui le rend non seulement puissant mais encore plus puissant que le roi, il a été béni par le Seigneur.

Isaac sema et fut béni dans la récolte. Il n’était pas resté oisif pour recevoir une augmentation au centuple. Il dût d’abord semer, et c’est alors qu’il pouvait récolter. Le miracle fut opéré sur ce qu’il sema. Dans la multiplication du pain pour cinq mille hommes et une multitude de femmes et d’enfants, il y eut un processus d’ensemencement et un processus de récolte. Quand tous les cinq pains et deux poissons avaient été remis entre les mains de Jésus, le processus de l’ensemencement commença. Jésus, tenant dans Ses bras ce qui était semé, fixa le ciel et, d’une manière spéciale, Dieu le Père et Dieu le Fils devinrent un dans l’acte qui consistait à bénir les cinq pains et les deux poissons ; acte exécuté par Dieu le Fils. En les bénissant, le Seigneur impartit aux cinq pains et aux deux poissons une capacité qu’ils ne possédaient pas auparavant. Il leur avait imparti la capacité de se multiplier d’une manière inhabituelle, et de satisfaire les besoins de multitudes d’une manière inhabituelle. Nous disons avec insistance qu’il faut que l’ensemencement précède la bénédiction.

Semer, c’est placer tout ce qu’on a et tout ce qu’on est activement et pratiquement dans les mains du Seigneur Jésus, de manière qu’Il puisse faire de ce qu’on est et de ce qu’on a, tout ce qui Lui plaît. La bénédiction, c’est impartir à ce qu’on est et à ce qu’on a, la capacité extraordinaire de satisfaire les besoins les plus “impossibles” à satisfaire.

La Bible dit : 

“Donnez et il vous sera donné : on vous donnera dans le sein une bonne mesure, pressée et secouée, et qui débordera ; car de la même mesure dont vous mesurerez, il vous sera mesuré en retour” (Luc 6:38).

La première chose doit être faite par toi. Tu dois donner. La Bible dit que vous recevrez cinq fois plus.

  • La mesure “un” est indiquée par les paroles : il vous sera donné.

  • La mesure “deux” est indiquée par les paroles : bonne mesure.

  • La mesure “trois” est indiquée par les paroles : pressée.

  • La mesure “quatre” est indiquée par les paroles: secouée.

  • La mesure “cinq” est indiquée par les paroles : qui débordera.

Si quelqu’un donne 10 francs au Seigneur,

  • La mesure “un” signifie qu’il recevra : 10 F

  • La mesure “deux” signifie qu’il recevra : 10 X 10 F

  • La mesure “trois” signifie qu’il recevra : 10 X 10 X 10 F

  • La mesure “quatre” signifie qu’il recevra : 10 X 10 X 10 X 10 F

  • La mesure “cinq” signifie qu’il recevra :10 X 10 X 10 X 10 X 10 F

Ceci veut dire que le Seigneur a promis qu’il bénirait celui qui donne 10 francs de manière qu’il ait: 10 X 10 X 10 X 10 X 10 F = 100.000 F

Si la personne, au lieu de donner dix francs, donne 100 francs, elle recevra : 100 X 100 X 100 X 100 X 100 F = 10.000.000.000 F

Si la personne au lieu de donner cent francs, donne 1000 francs, elle recevra : 1000 X 1000 X 1000 X 1000 X 1000 F = 1.000.000.000.000.000 F

Si la personne décide de donner dix mille francs, elle recevra:

10.000X10.000X10.000X10.000X10.000F=100. 000.000.000.000.000.000 F

Ainsi, celui qui donne

  • 10 F recevra 100.000 F

  • 100 F recevra 10 000 000 000 F

  • 1000 F recevra 1.000 000 000 000 000 F

  • 10 000 F recevra 100 000 000 000 000 000 000 F

Si la personne est capable de donner dix mille francs mais ne donne que mille francs, il se sera fait à lui-même beaucoup de mal. En retenant les neuf mille francs, elle se serait privée de 100.000 francs.

Je voudrais que nous considérions la personne qui a donné 10.000 francs au lieu d’un million. Celui qui donne 1.000.000 francs recevra 1.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000. F. La différence dans ce qui est reçu est de 10.000.000 francs.

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

  1. Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Rate this post:
0 Characters
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

News Letter Signup

Please enable the javascript to submit this form

Blog Archives

cmfi_logo_en_new_589x500.png

Ave. Zacharias Tanee Fomum, P.O. Box 385, Bertoua, Cameroon

  • dummy+1 (613) 298-2449

  • dummy+47 454 12 804

  • dummy info@ztfministry.org

Copyright © 2019 Christian Missionary Fellowship International | Zach Fomum Ministry